Buddy Guy's Legends à Chicago
Visiter Chicago

Soirée Blues chez Buddy Guy’s Legends

Je tiens d’avance à dire que cet article sera complétement et entièrement positif car j’ai vécu une expérience inimaginable et inoubliable ! Le genre d’expérience où l’on voit toute l’ouverture et la bienveillance américaine.

La première fois que je suis allée à Chicago, mon père m’avait parlée d’un certain Buddy Guy, star du blues. Mais n’étant pas très musique, cela ne me disait rien et j’avais fait l’impasse sur une soirée là-bas.

Cinq ans après, me revoilà à Chicago et cette fois, pas question de faire l’impasse sur le Buddy Guy’s Legends.
J’avoue que plus pour moi, j’y suis allée pour mon père qui, je sais, aurait adoré y aller. Lui, le grand fan qui a passé tellement de temps dans les concerts quand il était plus jeune, à vibrer au son de la musique et à prendre des photos.
Je me devais d’y aller pour lui mais vu ce que j’ai vécu, je regrette encore plus qu’il ne soit pas venu avec moi. Papa !

Je me rends au Buddy Guy’s Legends pour ma dernière soirée à Chicago. Autant finir un séjour incroyable en beauté et c’est comme si j’avais été entendue.

J’arrive à 19h, le temps de prendre des informations sur le déroulement de la soirée : l’entrée est gratuite pour le premier show et le second à 21h est à 10$.
Il est possible de manger sur place tout en écoutant le groupe. Ce que je ne savais pas sur le moment mais je ne regrette pas car les choses auraient été sûrement différentes. Je décide donc de manger ailleurs et de revenir plus tard.

Buddy Guy's Legends restaurant

J’arrive à la fin du premier show et le peu que j’ai entendu était génial. Vraie plongée dans le blues, ça a raisonné en moi. C’était sûrement ça qu’il fallait, que j’écoute du vrai blues dans LA ville du blues.
J’ai eu de la chance, j’ai trouvé une bonne table, bien placée avec personne devant moi. Pas trop près de la scène mais pas trop loin non plus, et pas trop près des baffles (attention aux oreilles !).
En attendant 21h, prenez le temps de faire un tour dans la salle et de voir la décoration aux murs avec toutes ces photos et les guitares.

A la fin du premier show, c’est là qu’arrive l’incroyable.
Seule à ma table, je prends des notes sur mon carnet quand un homme s’avance vers moi. Je lève la tête et souris, il met une main sur son coeur (véridique !) et dit qu’il m’a prise pour sa nièce qui est aussi belle que moi. Puis il interpelle un homme qui passe à ce moment et lui fait la remarque. Les présentations sont faites : Randy Johnson, le chanteur (dragueur, crooner) qui se produit ce soir et Mark, un des responsables du club. Et voilà comment, moi Cécile, qui avais l’intention de passer une petite soirée plutôt banale, je me suis retrouvée choyée et au coeur de l’attention des hommes du club ce soir.

L’avantage d’être une fille, seule, et métisse…

Le chanteur Randy était content d’avoir la France dans la salle, à tel point qu’ils ont réussi à me mettre devant toute la salle. Si j’avais pu rougir, j’aurais été rouge comme le taureau des Bulls. Mais la salle était bienveillante et m’a encouragée et applaudit. Je n’aurais jamais cru vivre ça (sinon j’aurais mis une tenue plus adaptée ^^).

Randy Johnson au Buddy Guy's Legends

Puis petit pause et soudain… Monsieur Buddy Guy lui-même arrive sur scène !
Je savais qu’il pouvait monter sur scène mais on ne sait jamais. Ce qui est sûr c’est qu’il est souvent dans le coin en soirée, et s’il doit prendre sa guitare ou le micro, c’est à l’occasion du second show, celui de 21h. Je savais donc que j’avais une chance de le voir, voilà aussi pourquoi je ne suis pas restée à 19h. Mais il a tardé alors que sa présence se murmurait dans la salle. Preuve qu’il ne monte pas sur scène tous les soirs.

Buddy Guy à Chicago

Ensuite, Mark m’a permis de voir depuis la console, avant de me faire voir les coulisses du club. Je n’ai pas osé prendre des photos ou autre, malgré son insistance, par respect et par que j’étais impressionnée. J’ai vu le bureau de Buddy Guy, des photos personnelles avec Barack et Michelle Obama, j’ai vu ses guitares et celle de Jimmy Page. J’ai tenu le Grammy de Buddy Guy.
J’avais les larmes aux yeux alors que quelques heures auparavant je ne connaissais rien de cet endroit ou cet homme.

Je suis restée en contact avec Mark qui m’a invitée à le recontacter lors de mon prochain séjour à Chicago et s’est proposée de prendre plus de temps pour me montrer le club mais aussi la ville, sous un autre jour.
Super accueillant et bienveillant, Mark part plus tôt mais a la gentillesse de m’offrir un t-shirt pour mon père. Il me confie ensuite à Jay, très gentil aussi et qui a la responsabilité de me trouver un taxi pour rentrer. Car il n’est pas question que je rentre en métro et que je ne monte pas dans n’importe quelle voiture. Ça m’a touchée et je leur ai dit. Ils ont expliqué que c’était normal, qu’ils ne voulaient pas que les gens aient une trop mauvaise image de la ville et s’ils pouvaient aider, c’était avec plaisir.

C’est ainsi que s’achève ma dernière soirée à Chicago.
Dans le taxi qui ma ramène à mon logement, j’ai les larmes aux yeux, le coeur serré et qui vibre. C’était fou, c’était magique, c’est inoubliable. Encore aujourd’hui j’ai les larmes qui viennent rien qu’en y repensant.

Je reconnais que mon expérience est unique et il n’est pas dit que cela arrive à tout le monde. Mais on ne sait jamais et j’espère que vous aussi vous vivrez une expérience incroyable en allant au Buddy Guy’s Legends. Vibrer au son de la musique, du blues dans LA ville du blues.
N’hésitez pas à parler avec les gars de la sécurité, les serveurs, ils sont tous très gentils et bienveillants.

Se rendre au Buddy Guy’s Legends

700 S Wabash Ave
Métros : Harrison (Red Line)
Horaires : 17h à 02h du matin

Faites découvrir Chicago aux autres !Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.